04 septembre 2007

Mui ne

Mui ne est une plage entre Ho chi minh et Nha Trang, à côté de Phan Thiet, un endroit paisible envahi d'hôtels, de cocotiers et de touristes quand vient la saison sèche.
Hung est manager de l'hôtel Hai gia, que j'ai découvert peu après son ouverture.
Comme l'hôtel est excentré, il était peu connu et peu fréquenté à ses debuts. Aujourd'hui, je ne sais pas ce qu'il en est, mais je pense qu'il a dû grandir en notoriété. Quoiqu'il en soit, il y a donc environs trois ans de cela, je débarque pour la première fois dans ce petit paradis balnéaire qu'est Mui ne. Bon, paradis c'est vite dit... Pour que ce soit parfait, il faut bien sûr fermer les yeux sur la pollution des plages au petit matin et sur la décharge à ciel ouvert cachée sur les hauteurs de la ville. Hung_et_Thi

Un matin vers 6h30 donc, peu après mon réveil, je flâne sur la grève en regardant les pêcheurs tirer leurs filets depuis la plage.
Je m'approche pour étudier leur pêche de plus près. Il ramènent en quantité égale autant de petits poissons, de crustacés et de mollusques que de déchets plastiques en tout genre. La mer est providentielle, elle pourvoie vraiment à tous leurs besoins... Sans état d'âme, les hommes de la mer n'emmènent avec eux que les animaux piégés et laissent derrière eux les produits de supermarché que la marée montante se chargera de faire disparaître; ou moi, ou les autres, ou personne.
Le matin suivant, surprise, je découvre le staff de l'hôtel en plein nettoyage.
Les trois jeunes employés ne ratissent pas toute la plage, mais s'occupent au moins de ramasser les détritus devant leur porte. Je les vois qui consciencieusement balayent, regroupent et entassent. J'aurais bien envie de leur expliquer que les coquillages sont des éléments biodégradables qu'ils peuvent laisser sur le sable, mais je préfère ne pas entâmer leur enthousiasme. Au lieu de me perdre en leçon de morale, je viens les rejoindre et participe à l'effort collectif. lls se demandent bien pourquoi je perds mon temps avec eux et tentent de me dissuader de leur donner un coup de main, mais je me sens l'âme légère et je les aide à creuser un trou dans l'allégresse générale. Le tas d'immondice est impressionnant, ça va faire du bordel dans le vide ordure! On n'a vraiment pas l'impression d'avoir bossé pour rien, la nature va s'en trouver régénérée et nous aussi par la même occasion.
Les oiseaux sifflotent gaiement, le vent souffle dans les cocotiers et les méduses glougloutent dans le clapotis des vagues.
Et puis comme un soufflé navrant qui se racrapote à l'ouverture du four, ils enterrent les déchets sous 30 cms de sable et retournent tranquillement à l'hôtel.

vente_de_nuoc_mam_a_mui_ne
De l'autre côté de la route, devant le portail de l'hôtel, on peut acheter du nuoc mam, une sauce faite à base de poisson. Ce sont des poissons pêchés dans les eaux salées de Mui ne.
Alors si vous vous ratatinez une dent sur une pièce de moteur ou avalez un morceau d'emballage plastique en mangeant un plat dans un restaurant vietnamien, n'appelez pas les services d'hygiène, ne vous vengez pas sur le serveur, ne blamez pas le cuistot, ils n'y sont pour rien.

Posté par pages sauvages à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Mui ne

Nouveau commentaire